International

3 conseils pour travailler efficacement en Inde

10/08/2018
Travailler en Inde
Lu pour vous| En Inde, la communication implicite est reine et les comportements non verbaux ont une importance significative.

Passée du statut de pays parmi les plus pauvres de la planète à celui de sixième économie mondiale, l'Inde affiche une croissance fulgurante. L'ouvrage de Laurent Goulvestre, Koumarane Kichenassamy et Ilangovane Tambidore détaille les clefs d'un savoir être singulier, à maîtriser pour y travailler avec des partenaires, des filiales ou y conquérir de nouveaux marchés. Voici trois d'entre elles.

#1 Respecter le chef et la hiérarchie

L'importance de la hiérarchie dans les entreprises informatiques indiennes n'est plus à démontrer. Là où, en France, les sociétés ont depuis une vingtaine d'années adopté des organisations matricielles, les structures de projet en Inde sont encore pyramidales. « Un manager indien ne mesure souvent son pouvoir qu'au nombre de personnes qu'il encadre. En outre, le respect du chef est tangible : il n'y a qu'à voir le changement soudain de comportement d'un consultant indien dans une réunion, dès lors qu'un de ses managers entre dans la salle », observent Laurent Goulvestre, Koumarane Kichenassamy et Ilangovane Tambidore. Le management participatif n'est donc pas à l'ordre du jour. Au contraire, un chef ne demande pas aux autres ce qu'il faut faire : ce serait un signe d'incompétence !

#2 Adopter une communication au laser

D'une manière générale, toute information échangée entre la France et l'Inde peut souffrir d'une certaine « diffraction », d'où l'obligation de précision. « Il faut communiquer avec un laser, pas avec une ampoule normale », estiment les auteurs, préconisant de « présenter des arguments factuels plutôt que de rester dans le flou ». Il est donc préférable d'utiliser des listes, des chiffres, des codes, etc. « Plutôt que d'opter pour un lapidaire « ce collaborateur n'est pas fiable », mieux vaut tabler sur « tel collaborateur n'a pas livré, à telle date, tel document, comme prévu dans le compte rendu X » », conseillent-ils.

#3 Créer une machine à café virtuelle

La communication informelle se révèle particulièrement importante pour les Indiens. « A l'oral comme à l'écrit, il est fréquent et naturel de commencer une discussion avec un collègue par une introduction non professionnelle, en évoquant la famille, le week-end, les prochaines vacances, » indiquent les auteurs. Les outils de messagerie instantanée sont tout autant utilisés pour les conversations privées - avec plaisanteries, interpellations et autres smileys - que pour les échanges formels, partages de documents ou récapitulatifs de projet, par exemple. « Les nouveaux moyens de communication tendent à servir de machine à café virtuelle », concluent-ils.

« Bien communiquer avec vos interlocuteurs indiens », de Laurent Goulvestre, Koumarane Kichenassamy et Ilangovane Tambidore, Afnor éditions

Pour aller plus loin

Julie Le Bolzer, Les Echos
International