Vie de l’entreprise

Déchets, empreinte carbone, RSE... Sept conseils pour éco-économiser !

10/11/2017
Sept conseils pour économiser grace à la réduction de son empreinte carbone
Loin de faire partie des priorités des start-up, la réduction de son empreinte carbone dès la conception de l'entreprise permet de réaliser des économies et de se différencier. Conseils de Didier Livio, associé responsable de Deloitte Développement Durable, à l'occasion de la Cop23.

En matière de réduction de l'empreinte carbone, le monde des start-up se divise en deux ou presque : celles qui en ont fait leur fonds de commerce et les autres. Bien que personnellement sensibles à la question, beaucoup de jeunes créateurs privilégient les enjeux économiques de leur entreprise. Selon Didier Livio, associé responsable de Deloitte Développement Durable, ces entrepreneurs passent à côté d'une aubaine : la réduction des déchets constitue un levier de développement économique, en réduisant les coûts de production et de fonctionnement, mais aussi par la valorisation de ces actions d'un point de vue marketing. Ses conseils pour tendre vers le zéro déchet.

#1 Identifier les déchets de son activité

Pour réduire vos déchets, concentrez-vous d'abord sur votre cœur d'activité avant de penser au fonctionnement de votre start-up. « Les photocopies ou les cartouches d'encre ne sont pas les déchets qui génèrent le plus de volume, que l'activité de l'entreprise soit industrielle ou tournée vers les services », explique Didier Livio, associé responsable de Deloitte Développement Durable. Réfléchissez à la pollution que votre activité implique en termes de production certes, mais pas seulement. Par exemple, dans le cas de service à la personne, prenez en compte les déplacements en voiture, l'achat de matériel et les produits utilisés, etc.

#2 Ecoconcevoir les produits ou services

Le « meilleur » déchet étant celui qu'on ne produit pas, Didier Livio conseille de réfléchir à la question de l'empreinte écologique dès la conception. « Il faut concevoir les activités dans des processus d'économie circulaire et non linéaire où les produits en fin de vie sont détruits. » Après usage, le produit peut redevenir une ressource dans le processus de l'entreprise ou comme matière première secondaire pour un autre cycle industriel. « En plus des avantages environnementaux, l'entreprise réalisera des performances économiques en étant plus frugale dans son fonctionnement et dans l'utilisation de ses ressources », considère l'expert.

Enfin, digitalisez tout ce qui peut l'être. « Les serveurs ont certes une empreinte environnementale assez forte, mais elle sera toujours plus faible que celle produite par les camions. »

#3 Penser au mode de distribution

« Il faut inventer des logistiques intelligentes », insiste le responsable Développement Durable. Cela implique notamment de réfléchir au conditionnement. « Évitez le suremballage, les emballages multi-matériaux qui sont plus difficiles à recycler. Le mono-matériau coûte d'ailleurs moins cher. »

#4  Anticiper la fin de vie de son outillage

Pour l'achat de machines ou de matériel informatique, privilégiez des marques qui durent ou qui déclarent réduire l'obsolescence programmée. Cela s'avère souvent aussi utile pour l'empreinte écologique que pour le porte-monnaie, même si l'investissement initial est supérieur.

Didier Livio, associé responsable de Deloitte Développement Durable. - D. R.

#5 Proposer des services en interne

Outre le fait de limiter les photocopies, Didier Livio conseille de proposer des services en interne pour aider les salariés à ne pas produire de déchet. « Offrez-leur un minimum de matériel de cuisine pour éviter qu'ils aillent à la supérette d'à côté, suggère-t-il. Facilitez les services de location, la mutualisation des espaces de travail, ce qui, à long terme, peut éviter la construction de nouveaux locaux. »

#6 Coopérer

Pensez aux entreprises qui vous environnent. « Regardez s'il n'y a pas de cuisine collective dans votre immeuble, avise le responsable. Si les déchets que vous produisez sont en trop petit volume, essayez de trouver d'autres entreprises qui produisent le même type de déchet pour intéresser des entreprises de recyclage. »

#7 Se rapprocher de l'Ademe

Pour valoriser tous vos efforts en interne, cherchez des aides financières auprès de l'Ademe et des communautés locales. « Il y a parfois des appels à candidature pour financer les structures qui entrent dans des processus environnementaux ou de gestion vers l'économie circulaire, conclut Didier Livio. Pensez aussi à des labels comme Entreprise durable pour valoriser vos démarches auprès de vos clients, mais aussi auprès des donneurs d'ordres publics ou privés. »

Chloé Goudenhooft, Les Echos
Vie de l’entreprise
Aller plus loin

Les actualités associées à l'article

modèle économique guide gratuit
Création d’entreprise
15 Novembre 2017
Déchets, empreinte carbone, RSE... Sept conseils pour éco-économiser !
Vie de l’entreprise
13 Novembre 2017
Mind mapping : structurez vos pensées et gagnez du temps !
Vie de l’entreprise
08 Novembre 2017
Combien vaut votre entreprise ?
Vie de l’entreprise

09 Novembre 2017

Une du dossier Gérer ses véhicules pros
Vie de l’entreprise

29 Juin 2017