Succès

Champion Olympique, entrepreneur, politique : les milles visages de Gwendal Peizerat

09/08/2017
champion-entrepreneur-gwendal-peizerat
L'ancien champion olympique de danse sur glace Gwendal Peizerat s'est reconverti dans les installations sportives avec Soléus, la société à l'origine du petit groupe ISCE. Il a également fait son entrée en politique en 2010. Focus sur cet entrepreneur aux multiples casquettes.

Gwendal Peizerat a quitté les patins à glace pour le costume de PDG, mais il n'a pas renoncé à sa crinière blonde, exubérance capillaire qu'il partagea longtemps avec sa partenaire Marina Anissina.

Les deux patineurs ont arrêté la compétition en 2002 sur leur titre de champions olympiques à Salt Lake City. La même année, le Lyonnais, déjà équipé d'un DEUG en chimie des matériaux et d'une maîtrise de management du sport, sortait diplômé de l'EM Lyon, la célèbre école de commerce.

Durant toute sa carrière sportive, il a poursuivi ses études, préparant son retour à l'économie réelle. « Je ne voulais pas devenir entraîneur. Je me préparais au monde de l'entreprise mais n'avais pas envisagé d'en créer une moi-même », dit-il. Jusqu'à prendre conscience, à l'EM, « que j'étais déjà un entrepreneur, par ma discipline, éminemment commercial ».
 
Et d'expliquer comment la réalisation de sa performance sportive, soumise à un jugement artistique et non au verdict d'un simple mètre ou chronomètre, suit le même parcours que le lancement d'un produit.

« Par rapport à nos juges et au public, on raisonne comme un chef d'entreprise qui cherche sa clientèle. On fait une étude de marché sur les tendances musicales et vestimentaires du moment. On fonctionne comme une équipe projet pour construire notre programme libre, avec un bureau d'étude pour les nouveaux mouvements - la partie innovation, et en faisant des choix marketing, presque du packaging, pour nos costumes et nos coiffures… ».

Pendant des années, Gwendal Peizerat et Marina Anissina ont élaboré « une marque, la faisant évoluer sans la casser ». Si on lui suggère que le patinage n'est guère un sport d'équipe qui prépare a priori au management, il réfute : « le couple, c'est l'équipe ultime : le partenaire est irremplaçable, il n'y a personne sur le banc de touche. »


Gwendal Peizerat et Marina Anissina, champions olympiques en 2002. Gwendal est aujourd'hui entrepreneur. - JACQUES DEMARTHON / AFP

Cachets de spectacle pour financer son projet entrepreneurial

C'est en équipe qu'il a créé Soléus en 2004, la société à l'origine du petit groupe ISCE. Ils étaient cinq champions lyonnais (ils ne sont plus que trois actionnaires, avec Pierre Bourret et Fabrice Ponsin). Il a financé l'aventure avec ses cachets de spectacles et de tournées, poursuivis longtemps après la compétition (il était encore dans un show Holiday On Ice en 2015). Soléus, qui réalise 2,8 millions d'euros de chiffre d'affaires, emploie une quarantaine de personnes et travaille quasi exclusivement avec des collectivités locales.

La société vérifie la conformité des cages de foot, panneaux de basket, salles d'escalade, jeux de square… « La nature de ma discipline sportive a été déterminante », dit-il.

Le sens de l'effort (neuf heures d'entraînement par jour), une discipline de fer, et la résistance au stress. « Je n'ai plus de pression depuis 2002. Rien ne peut être comparable au sentiment de jouer sa vie en trois minutes devant des milliards de téléspectateurs. Si j'avais fait un quart de demi-erreur, je ne serai pas là à vous parler aujourd'hui. » Il revendique une autre « vertu » commune au champion et à l'entrepreneur, celle de la capacité à faire passer un objectif professionnel devant sa vie personnelle, sentimentale et familiale, et cela « sans assurance d'un retour sur investissement ».

Politique et musique, l'ère de la diversification

Le patineur a rencontré un écueil aux débuts de Soléus : ses interlocuteurs perturbés par le souvenir des pirouettes et des paillettes avaient du mal à l'écouter parler de sécurité, de normes, de contrôles, de responsabilité des élus. Aujourd'hui, il gère les grands comptes et la stratégie globale. Il a fait son entrée en politique en 2010, au Conseil régional de Rhône-Alpes.

Et, déjà pianiste, il s'est mis à la guitare en 2006. Il se produit comme bassiste avec Bastien Villon dans les premières parties de Michael Jones ou dans des festivals. « L'artistique me manquait. » Il y revient aussi en diversifiant ISCE dans le contrôle des salles de spectacle. Avec l'idée de développer à terme une société de production...

DATES CLÉS de Gwendal Peizerat

  • 2000 : Champion du monde avec Marina Anissina.
  • 2002 : Champion olympique à Salt Lake City.
  • 2004 : Création de Soléus avec quatre sportifs lyonnais de haut niveau (voile, judo, aviron et patinage).
  • 2010 : Conseiller régional socialiste, vice-président aux sports.
     
Lea Delpont, Les Echos