Création d’entreprise

“J’ai monté ma start-up en école de commerce”

12/09/2018
Création de start up chez les jeunes
Etudiant en école de commerce, Quentin a longtemps mûri son projet entrepreneurial avant de sauter le pas. Sa startup incubée à Station F réinvente les espaces de travail… grâce aux restaurants, sa première passion.

“Ma volonté d’entreprendre est ancienne. Dès 2014, j’ai participé au programme Startup Pirates qui réunissait une trentaine de jeunes entrepreneurs en herbe pendant une semaine à Paris. Je voulais me sensibiliser au sujet de l’entrepreneuriat et puiser mon inspiration auprès de mentors comme Roxanne Varza. A ce moment-là, j’ai failli franchir le pas avec un ami développeur pour monter une plateforme de designers, mais j’étais encore élève en prépa commerce. La pression de mes parents a eu raison de ce premier projet.

Au fil des rencontres, j’ai tracé les premières ébauches de mon idée

Pour autant, dès mon arrivée à Neoma Business School sur le campus de Rouen, mon goût pour les startups ne s’est pas démenti. Je suis devenu président de l’association étudiante d’entrepreneuriat de l’école avant de suivre un parcours “entrepreneuriat associatif” en deuxième année. Au fil des rencontres, j’ai tracé les premières ébauches de mon idée. Puis je l’ai affinée grâce à l’incubateur de l’école qui réunit tous les trois mois des commissions d’anciens élèves, comme par exemple Ilan Benhaïm le co-fondateur de Ventes Privées, pour suivre l’avancement de nos projets.

Cette idée déjà bien structurée me permet de remporter le premier prix de l’incubateur d’un montant de 3.000 euros

C’est à ce moment-là que j’ai fait le choix de miser sur la restauration, un milieu qui me passionne, mais surtout sur le co-working, dont je percevais les potentialités avec la montée en puissance des employés “nomades” (commerciaux, etc…), des indépendants et du télétravail grâce aux lois Macron. Mon projet prend forme :  créer  une application qui met en relation les “nomades” du travail à la recherche d’un lieu d'espace de travail avec des restaurants, qui connaissent eux des baisses d’affluence aux heures creuses, notamment l’après-midi. Le tout grâce à un abonnement mensuel payé par les entreprises à leurs salariés mobiles. Cette idée déjà bien structurée me permet de remporter le premier prix de l’incubateur d’un montant de 3.000 euros. Les chèques gagnés à l”issue de concours seront d’ailleurs notre principale source de financement.

J’ai profité de mes dernières années d’études pour vivre des expériences qui ont nourri ma vision de futur startuppeur. Mon stage chez Accenture m’a permis de rencontrer mon associée Laura, qui connaissait bien le milieu des startups. Conquise par mon idée initiale, elle a décidé de s’y associer pour créer Sauce Moutard. Ses compétences opérationnelles et son profil expérimenté ont été très utiles pour solidifier et crédibiliser notre projet. Je conseille précisément aux apprentis startuppeurs plein de fraîcheur et d’audace de former un duo complémentaire avec un associé plus expérimenté. Après notre rencontre, j’ai passé 6 mois en échange à Tallinn où j’ai pu travailler à distance sur le projet et observer la popularité locale du travail dans des cafés et restaurants.

Nous avons ainsi constitué une communauté de 60 restaurants en France

A mon retour, nous avons lancé notre tour de France pour construire notre réseau de restaurants selon des critères exigeants (univers chaleureux singulier, nourriture saine et locale) et recueillir les attentes des salariés qui utilisent les espaces de travail partagés. Nous avons ainsi constitué une communauté de 60 restaurants en France, véritable base de notre future application. Grâce à l’accélérateur qu’est le Founders program de Station F, notre application doit être lancée le mois prochain auprès de nos clients en B2B (les entreprises abonnent directement leurs salariés).

En tant qu’étudiant-entrepreneur, je dois faire preuve d’un grand sens de l’organisation et de flexibilité pour mener de front mes cours et ma startup. Que cela ne vous dissuade pas de vous lancer à votre tour... Une fois que vous avez l’idée, n’attendez pas trop pour lancer votre produit ou votre offre, même imparfaite technologiquement. Le time-to-market est l’aspect crucial de la réussite !”

Quentin Le Call via Les Echos
Création d’entreprise