Management

La pyramide inversée : renverser les pouvoirs

12/07/2018
Management : la pyramide inversée
Le management vertical et la concentration des pouvoirs en haut de la pyramide ont vécu, assurent les auteurs du livre « Ingérables ! ».

Ce n'est pas moi qui le dis mais le département management de l'université du Michigan. Dans son programme destiné à la conduite du changement et à la gestion des talents aujourd'hui, il insiste sur la nécessité de considérer le talent et son management comme fondamentaux pour faire réussir toute entreprise au XXIe siècle. Ce n'est donc plus une simple tendance, c'est devenu une évidence. L'avenir est aux talents, et c'est au manager d'y répondre. Seul problème, c'est facile à dire et moins simple à faire.

Pour y parvenir, il faut comprendre la place que les talents occupent dans l'entreprise. C'est ce que je vous propose d'aborder en repensant l'entreprise sous l'angle de la pyramide inversée des pouvoirs. En avoir pris conscience m'a notamment permis de devenir CEO d'Elite World.

La pyramide inversée des talents fut plus efficace qu'un CV. Elle m'a permis de convaincre John Hooks, le CEO, ou Silvio Scaglia, le propriétaire du groupe Pacific Global Management. En effet, lors de notre rencontre, je lui ai simplement expliqué ce que signifiait pour moi la pyramide inversée des pouvoirs, en l'adaptant à ses problématiques. C'est-à-dire le type de management nécessaire pour gérer au mieux ses talents, celles et ceux qui font la valeur d'Elite, ses mannequins, ses agents, ses bookers !

Satisfaire les ego et permettre leur épanouissement

Pendant longtemps, dans le management enseigné en école, l'agilité était loin d'être mise en avant. Question d'époque. Longtemps, le management était pensé : dans un environnement balisé et formaté, presque standardisé ; avec une hiérarchie claire, stable et lisible. Dans l'entreprise classique, l'organisation est pyramidale, il y a trois niveaux : les employés et opérateurs, les managers et le dirigeant. Plus vous êtes proche du sommet, plus vous cumulez les pouvoirs, les fonctions et les rétributions. Dans cette organisation, tout est descendant : la notoriété, la rareté, le salaire, la prise de décision, l'influence sur le résultat.

La pyramide des pouvoirs s'inscrit en outre dans le cadre de contrats de travail classiques, faciles à rompre. Son horizon est donc celui du moyen terme. Dès lors, l'organisation du travail qui en découle est traditionnelle et fortement hiérarchisée. Pendant très longtemps, ce fut l'organisation de référence dans l'entreprise. Aujourd'hui, les choses ont changé. Le management pyramidal, avec son principe de la  délégation en cascade des pouvoirs , n'est plus adapté. Il en va de même pour le monopole du pouvoir et de la communication qui se concentrait auparavant entre les mains de quelques-uns. Tout cela a vécu.

Les pouvoirs ne sont plus entre les mêmes mains. Et les talents sont à tous les étages, connectés au reste du monde via les réseaux sociaux. Aujourd'hui, on ne peut plus concevoir le management de manière verticale comme on l'envisageait encore récemment, au travers de la pyramide classique des pouvoirs. Trop rigide et peu valorisant, un tel management empêche l'épanouissement des individus et affecte en retour les performances de l'entreprise. Son impact est donc majeur dans le mauvais sens du terme. […]

Ce que le talent produit est unique

En renversant l'ordre hiérarchique traditionnel, vous placez vos talents sur le devant de la scène. Et vous évitez bien des problèmes. Tout en étant au coeur des enjeux actuels du management, vous répondez à leurs besoins, et préservez votre capacité de management. Vous n'avez plus le choix. Pour durer et gagner, il faut manager la tête à l'envers. C'est un changement de position indispensable. Changez vos habitudes n'est pas simple.

Tout d'abord, ayez conscience que la question de la remplaçabilité est au coeur de l'inversion de la pyramide managériale. Celui qui a le pouvoir, c'est celui qui est le plus difficile à remplacer. Aujourd'hui, il est difficile de manager si l'on ne tient pas compte des forces en présence. C'est encore plus vrai pour les CEO. La durée de vie moyenne d'un CEO est de deux ans et demi. Le job est de plus en plus éphémère.

Il faut donc s'adapter… ou  se préparer à partir . Penser ainsi renvoie tout manager à l'humilité et au pragmatisme. Il faut (re)connaître sa véritable marge de manoeuvre. Dans toutes les entreprises que j'ai traversées, j'ai fait le même constat. Comme ce n'est pas l'entraîneur assis sur le banc qui marque, mais son attaquant, le manager doit penser autrement. Il n'est pas responsable de la création de la valeur ajoutée, mais des conditions qu'il crée pour que ses talents performent. Comme ce que le talent produit est unique, sa place est redéfinie de manière aussi radicale qu'évidente.

Christophe Chenut, auteur de "Ingérables !", pour Les Echos
Management