#WeAreInnovation

Les robots sont complexes à intégrer pour les PME

05/04/2017
robot PME
Le programme Robot Start PME n'a pas suscité l'engouement espéré auprès des PME françaises, malgré des impacts positifs sur l'activité et la rentabilité.

Les PME ne se ruent pas sur les robots. Un peu plus de quatre ans après son annonce par l'ancien ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, Robot Start PME qui accompagne les PME dans l'acquisition de leur premier robot a suscité l'adhésion de 150 entreprises sur les 250 visées initialement. « Plus de la moitié de ces robots effectuent des opérations de chargement et de déchargement, un quart des travaux de soudage, 6 à 7 % des opérations d'assemblage », indique Jean Tournoux, délégué général du Syndicat des entreprises de technologies de production (Symop), à l'origine de ce programme avec le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), et le CEA List.

Très peu d'entreprises de moins de 10 salariés se sont converties à cette offre de robotique. La taille moyenne des PME ayant intégré un premier robot dans leurs ateliers est de 60 salariés. Elles sont implantées majoritairement en Auvergne Rhône-Alpes, en Pays de Loire et en Bretagne, « région qui était jusqu'à présent peu robotisée », observe Jean Tournoux.

Création d'emplois

L'amélioration de la production et la diminution de la pénibilité sont les principaux objectifs invoqués par les chefs d'entreprise engagés dans Robot Start PME. Selon le Cetim, « 89 % des dirigeants estiment que l'intégration de ce premier robot a amélioré les conditions de travail de leurs employés ». Pour près des deux tiers des entreprises, l'installation de cet équipement robotique s'est traduite par une meilleure efficacité industrielle, par de nouveaux marchés et par des recrutements, « entre 1 et 5 salariés ». « Les postes créés ont porté majoritairement sur la production et sur les méthodes », précise le Cetim. 84 % des entreprises interrogées comptent embaucher entre 1 et 10 salariés suite à l'incorporation d'une cellule robotique. Autres impacts observés, la robotisation a accru la productivité de 84 % des entreprises soutenues par Robot Start PME et la rentabilité de 74 % d'entre elles.

Processus complexe

Pourquoi alors l'adhésion est-elle aussi faible ? Intégrer un robot est un processus complexe. « Sa mise en oeuvre prend du temps, remarque Jean Tournoux et nécessite un travail d'accompagnement, de réflexion sur une nouvelle organisation des flux de production et sur la reconversion des employés dont les tâches sont libérées par les robots. » Selon le Cetim, les leçons de Robot Start PME devraient permettre d'améliorer le déroulement des diagnostics du plan Industrie du futur en cours dans les régions.

 

Vincent Charbonnier, Les Echos
#WeAreInnovation