Management

Quatre conseils pour ne pas «péter les plombs»

30/10/2017
Gérer sa colère en milieu professionnel
Quand la pression est trop forte, certains dirigeants perdent leurs nerfs. Voici, selon Frédéric Lévy, coach et formateur spécialisé, quelques rituels simples à mettre en place pour prévenir les dérapages.

Telle Christine Angot, sur le plateau de « On n’est pas Couché » sur France 2, avez-vous déjà « pété les plombs » devant vos employés ou fournisseurs ? Constamment sous pression parce que porteur de grandes responsabilités, les dirigeants sont particulièrement exposés à perdre tout sang froid. La lourde charge de travail et la fatigue aggravent les risques de dérapage.

Pourtant, selon Frédéric Lévy, coach et formateur spécialisé en communication relationnelle, il est possible de prévenir les clashs pour mieux maîtriser ses émotions. Voici quatre règles de base à observer.

#1 : Apprenez à mieux vous connaître

Ce n’est pas évident pour tout le monde. Mais se connaître soi-même permet d’anticiper ses réactions ou ses comportements par rapport à tel type de discours ou d’événement. En ayant ce recul sur ce qui peut vous faire « sur réagir », il est plus facile de maîtriser ses nerfs. Apprenez aussi à distinguer vos émotions, positives ou négatives et comment elles se traduisent concrètement. « Dites vous qu’une émotion, ce n’est pas une situation donnée mais l’interprétation que vous allez donner à cette situation », explique Fréderic Lévy.

#2 : Maîtrisez la respiration ventrale

Entraînez-vous régulièrement à respirer avec l’abdomen et non pas avec votre cage thoracique. Cette technique de relaxation très connue des adeptes du Yoga a pour effet de calmer le rythme cardiaque et de mieux oxygéner le cerveau pour réduire l’anxiété. La pratiquer régulièrement peut être très utile. Y faire appel dès que la tension monte coupe rapidement la mécanique interne menant à une violente saute d’humeur.

#3 : Sortez de votre bulle

« En étant dans l’empathie, on sait mieux gérer ses émotions », relève Frédéric Lévy. Cela ne signifie pas « se mettre à la place de l’autre ». Mais être dans « l’écoute active ». Cela consiste notamment à savoir reformuler de manière neutre ce que votre interlocuteur vous dit. En s’entraînant régulièrement à cette technique d’écoute, vous saurez vous donner plus de temps dans un moment de forte tension. Vous ne serez plus dans la réaction immédiate qui risque d’être trop agressive. Mais dans une prise de recul qui vous fera garder la tête froide.

#4 : Faites preuve d’assertivité

L’assertivité est la capacité à « mettre les points sur les i » envers une personne sans être agressif. Cette capacité « à dire les choses, parce qu’on a conscience qu’en les disant, on va améliorer la situation » est très utile pour un dirigeant qui aura à gérer des conflits. En travaillant cette compétence, vous éviterez de « monter trop vite en température ».
Le fait de savoir « s’imposer aux autres sans s’écraser devant eux et sans les écraser » permet d’évacuer la pression. En accumulant les « non dits », vous risquez au contraire de devenir une véritable cocotte-minute. A un moment donné, forcément, ça explose.

Bruno Askenazi, Les Echos
Management